Logo JM

Présentation
Lieux de concert
Agenda Archives Artistes Contact-liens


 

Artistes

 

« Los versos del capitán »

Hommage à Pablo Neruda

Pablo Neruda


En concert à Martigny le dimanche 13 juin 2010
à 17 heures, Fondation Louis Moret

Un acteur, une chanteuse et un guitariste s'associent pour rendre hommage au grand poète chilien paul Neruda. Des extraits d'un recueil de ce dernier (Los versos del capitán) sont lus et illustrés par des chants traditionnels sud-amércains, des pièces pour guitare seule signées Julio Azcano et une chanson de Sylvie Arlettaz (texte et paroles; arrangement Julio Azcano). Une heure particulière et mémorable, dans le cadre magique de la Fondation Louis Moret !

Un flou mystérieux flotte autour de ce magnifique recueil de poèmes de Pablo Neruda. Une première édition, datée du début des années 1950, présente en effet une lettre-préface signée de la main de Rosario de la Cerda, chanteuse à qui auraient été dédiées ces vers passionnés et remplis de sensualité: «Cher Monsieur, Je me permets de vous envoyer ces papiers qui, je crois, vous intéresseront et que je n'ai pu jusqu'à présent rendre publics. [...] Ma personne n'a pas d'importance, mais je suis la protagoniste de ce livre, ce qui me rend fière et satisfaite de la vie. Cet amour, ce grand amour, est né un certain mois d'août, au cours d'une de ces tournées que je faisais en tant qu'artiste dans les villages de la frontière franco-espagnole. Il arrivait, lui, de la guerre d'Espagne. Non en vaincu. Son parti était celui de la Pasonaria, il était plein d'illusion et d'espoirs pour son lointain petit pays en Amérique centrale. Je regrette de ne pouvoir indiquer son nom. Je n'ai jamais su quel était le vrai, s'il s'agissait de Martinez, de Ramirez ou de Sanchez, Je l'appelle, moi, simplement, mon Capitaine, et c'est le nom que je veux conserver pour ce livre. Ces vers sont à son image: tendres, épris, passionné, et terribles dans leur colère. Il était fort et sa force, tous ceux qui l'approchaient, la ressentaient. C'était un de ces hommes privilégiés qui naissent pour les grands destins. Je percevais sa force et mon plus grand plaisir était de me sentir toute petite à ses côtés». Dans J'avoue que j'ai vécu, mémoires achevées quelques jours avant sa mort en 1973, Pablo Neruda explique la paternité retardée de cette oeuvre: «Et maintenant je vais vous raconter l'histoire de ce livre, l'un des plus discutés que j'ai écrit. Ce fut durant longtemps un secret, durant longtemps mon nom n'apparut pas sur sa couverture, comme si je le reniais ou comme si lui-même n'avait pas su qui était son père. De même qu'il existe des enfants naturels, des enfants de l'amour naturel, Les Vers du Capitaine était un livre naturel. Les poèmes qui le constituent furent écrits ici et là et jalonnent mon exil en Europe. Ils furent publiés anonymement à Naples, en 1952. L'amour pour Mathilde, la nostalgie du Chili, les passions civiles emplissent les pages de ce recueil dont un certain nombre d'éditions demeurèrent sans nom d'auteur. [...] Quelques critiques méfiants attribuèrent des raisons politiques à l'anonymat du livre. «Le parti s'y est opposé, le parti ne l'approuve pas», dirent-ils. C'était faux. Par bonheur, mon parti ne s'oppose pas à l'expression, quelle qu'elle soit, de la beauté. La vérité est que je n'ai pas voulu pendant longtemps, que ces poèmes blessent Délia, dont je me séparais. Délia del Carril, très douce passagère, fil d'acier et de miel qui lia mes mains dans les années sonores, avait été pour moi pendant dix-huit ans une compagne exemplaire. Ce furent là les raisons profondes, personnelles, respectables -- et les seules -- de mon anonymat.»


Avec Frédéric Mudry, récitant, Sylvie Arlettaz Jori, chant & Julio Azcano, guitare.

Ecoutez des extraits du spectacle:

Introduction instrumentale (Julio Azcano, guitare et composition)

Haute définition (160 kbps, stéréo)
Basse définition (56 kbps, mono)


Pablo Neruda: Los versos del capitán, extrait

Haute définition (160 kbps, stéréo)
Basse définition (56 kbps, mono)


L'âme vagabonde (texte & musique Sylvie Arlettaz, arr. Julio Azcano)

Haute définition (160 kbps, stéréo)
Basse définition (56 kbps, mono)

 


 Page mise à jour le 20 décembre 2010